Atelier Noma : L’artisanat d’art, une histoire de famille dans l’Atelier Noma à Dijon

Initiées très tôt aux travaux manuels, Natacha et Morgane Dorneau ont toutes deux opéré un virage à 180° dans leurs carrières pour se donner pleinement à leur passion respective : la maroquinerie et la poterie. Ouvert en mars 2020, à l’aube de la crise sanitaire, elles ont dû fermer trois fois leur atelier mais garde pourtant l’envie des premiers jours.

Un master en biologie en poche pour l’une, un master en sciences de gestion et en expertise comptable pour l’autre. Si l’on se fit à leurs diplômes, rien ne laissait transparaitre dans leur parcours que Morgane et Natacha Dorneau ouvriraient un atelier d’artisanat d’art. « Très jeunes, notre mère bricoleuse nous a fait découvrir les travaux manuels que ce soit la peinture, la sculpture, la fabrication de bijoux… » raconte Natacha, l’aînée de 33 ans. A ses côtés, Morgane, 30 ans, se souvient qu’elle a changé de cap il y a presque dix ans. « Je travaillais à l’INRA quand j’ai commencé à me former à la céramique en parallèle. » Pendant qu’elle étudiait les bases de son futur métier de potière, Morgane Dorneau a mené des recherches pour se perfectionner. Natacha, quant à elle, d’abord enseignante chercheuse à l’université de Bourgogne puis à BSB, l’école de commerce installée à Dijon, a tout plaqué pour passer un CAP et deux mentions complémentaires en sellerie et en maroquinerie d’art. « Pour faire ce que j’aime, il fallait que j’entreprenne ! » Désormais artisanes d’art, les jeunes femmes continuent à se former dans leurs pratiques respectives. Elles comptent aussi profiter des formations dispensées par la Chambre des Métiers et de l’Artisanat, CMA. « Ce sera pour des sujets comme la gestion du temps, le développement personnel, la gestion de l’entreprise… »

Le bon moment

Les deux sœurs finissent leur reconversion dans des temps proches et bien qu’elles n’aient pas initialement prévu de se lancer ensemble, leur complémentarité s’impose comme une évidence. « On connait les goûts de l’autre, on sait comment on fonctionne donc c’est plus facile qu’avec un collègue. Au final, je crois que ça nous fait gagner du temps » s’amuse Morgane. Début mars 2020, avec l’accompagnement de la CMA à chaque étape, elles ouvrent l’Atelier Noma, après un an de travaux. Elles n’auront que quelques semaines pour vendre leurs premières créations avant que la crise sanitaire ne passe par là. Au printemps 2021, elles ont déjà fermé leur atelier-boutique à trois reprises, sans pouvoir bénéficier des aides de l’Etat. « On n’est pas découragées pour autant. Nous avons engagé du temps, de l’énergie et de l’argent et quand on a trouvé de ce qu’on aime, on ne baisse pas les bras » insistent les sœurs avec optimisme.

Des projets pour après

Dans leur atelier-boutique de 65 m² où elles accueillent déjà une apprentie, les deux entrepreneuses foisonnent d’idées. Natacha et Morgane Dorneau organisent régulièrement des ateliers de poterie et de maroquinerie pour les particuliers et entendent se tourner vers les entreprises. « Les objets en céramique que nous réalisons peuvent servir aux professionnels de la restauration tandis que l’on peut réaliser de belles décorations et poignées en cuir pour un intérieur » détaille Natacha. Elles envisagent par ailleurs d’utiliser la terre ou le cuir comme medium d’art thérapie. En utilisant leurs mains, elles veulent amener les salariés à lâcher prise dans leur tête.

Nadège Hubert

Contact :

Atelier Noma
ateliersnoma@gmail.com
88 rue Vannerie 21000 Dijon
06 87 34 87 47 ou 06 14 50 31 93


Informations sur l'auteur :

agenceCC

Catégories associées :

Le Journal Non classé