Atelier de reliure Retière Boccard, une histoire de livres à Marsannay-la-Côte

Animée par un véritable coup de cœur, Maël Retière a choisi de devenir relieuse. Avec le soutien de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat, elle a repris un atelier en 2015 et continue à le faire vivre avec passion.

Petite, Maël Retière se voyait illustratrice de livres pour enfants. « J’ai toujours été attirée par les travaux manuels. J’ai fait des stages dans la restauration de peinture, de textile, dans la tapisserie, dans la dorure de cadre mais aussi chez un souffleur de verre. » Après avoir découvert ces différents métiers d’art, elle a finalement jeté son dévolu sur la reliure. « J’ai aimé la multiplicité des étapes à réaliser et que ça touche au livre, mon premier amour. » Après le bac, Maël Retière se dirige donc vers un CAP puis un brevet des métiers d’art en dorure – reliure. Embauchée dans un atelier à Dijon au sortir de ses études, elle y reste quatre ans avant de s’envoler pour le Canada et les Etats-Unis où elle découvre d’autres techniques. De retour en France, elle travaille à Nîmes chez un restaurateur de livres avant de revenir à Dijon en 2011. « J’ai rejoint l’entreprise où j’avais fait mon stage et débuté ma carrière. Je ne savais pas encore que j’allais la racheter quelques années plus tard. » En 2015, Maël Retière fait ainsi l’acquisition de l’atelier de reliure qui devient l’atelier Retière Boccard, et l’installe à Marsannay-la-Côte en 2018.

Un métier plein d’histoires

« Même si certaines étapes prennent du temps, elles ne reviennent qu’au bout de plusieurs mois, c’est diversifié, ça change régulièrement alors on ne se lasse jamais. » La clientèle, elle aussi variée, demande des missions qui le sont tout autant. Outre les mairies qui font relier les registres communaux, Maël Retière travaille avec les fonds patrimoniaux, les archives ou les bibliothèques pour la restauration de livres anciens. Les particuliers peuvent quant à eux avoir des demandes plus originales. « Un couple m’a demandé de relier les SMS d’amour qu’ils avaient imprimé » sourit la relieuse. Elle peut aussi répondre à un bibliophile qui veut protéger un ouvrage de valeur ou pour préserver un livre à valeur sentimentale pour une famille tandis qu’un passionné par un sujet voudra réunir différents écrits. L’artisane peut aussi intervenir auprès des entreprises en formant des professionnels.

Un soutien constant

Tout au long de son parcours, depuis qu’elle a pensé à la reprise de son atelier, Maël Retière a pu compter sur le soutien de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat, CMA. « J’ai commencé par le salon des métiers d’art, où, encore salariée, j’avais insisté pour tenir un stand. Depuis, j’y participe tous les ans. » Un lien s’est tissé entre la relieuse et la Chambre qui l’a formée à la reprise d’entreprise mais aussi en comptabilité. L’organisme l’a également guidé dans la réalisation du dossier pour participer au prix star et métier de la Banque Populaire, qu’elle a remporté. Elle a par ailleurs obtenu le prix numérique de la CMA pour la création de son site internet en 2016 et le prix de la Chambre pour la restauration du patrimoine en 2019. « La Chambre a aussi facilité la rencontre avec d’autres artisans, nous a prêté des locaux pour l’association des métiers d’art en Côte-d’Or que j’ai rejoint. » Avec la campagne d’affichage qu’elle a organisé, la CMA donne un nouveau coup de pouce aux artisans en mettant quelques visages sur leurs nombreux savoir-faire.

Nadège Hubert

Atelier Retière Boccard
9 rue des écoles
21160 Marsannay-la-Côte
03 80 71 24 10 ou 06 95 75 82 69 
mael@reliureboccard.fr


Informations sur l'auteur :

agenceCC

Catégories associées :

Le Journal Non classé